SNALC

DHG 2019 : Tensions dans les établissements de l'académie

De nombreux collègues se sont mobilisés pour dénoncer les baisses de DHG pour la rentrée 2019...

- Lycée Louis Armand à Eaubonne :

Le 12 février 2019, à Eaubonne, les collègues du lycée Louis Armand réunis en heure d'information syndicale, ont décidé à la majorité de se mettre en grève pour manifester leur opposition, d'une part aux moyens alloués à l'établissement par l'inspection d'académie pour l'année 2019-2020 (DHG), d'autre part aux réformes du lycée, général et professionnel.

Dans l'après midi, les actions suivantes ont été engagées:

  • Demande d'audience à l'inspection d'académie
  • Vote pour la rétention des notes de tous les niveaux jusqu'à obtention du volume horaire demandé
  • Prise de contact avec des représentants syndicaux et de parents d'élèves
  • La majorité des membres élus au conseil d'administration demande la tenue d'un CA exceptionnel dans la semaine pour le vote du TRMD (tableau de répartition des moyens par discipline)
  • Communication auprès des établissements alentours et de la presse locale

Par rapport à l’année scolaire en cours, le lycée aura moins d’heures pour plus d’élèves. Le nombre d’heures attribué ne permettra pas de maintenir les demi-groupes en seconde dans la plupart des matières, notamment en mathématiques, en français, et en histoire-géographie. Ces conditions de travail sont néfastes pour la réussite des élèves. Les classes sont à 35 et n’offriront pas un accompagnement personnalisé et adapté aux besoins de l’élève contrairement à ce qui est préconisé. Face à ces conditions, il est clair que les élèves feront les frais de ce manque de moyens. Par ailleurs, en section professionnelle, les élèves de CAP tertiaire et industriel seront regroupés dans les enseignements généraux, faisant passer leur nombre de 14 à 28. Là encore, il est évident que les conditions d’enseignement vont compromettre leur réussite.

De plus, les faibles moyens alloués poussent à supprimer d’autres effectifs réduits en première et en terminale, et menacent le maintien de l’ensemble des projets, notamment celui des sections européennes. Le Rectorat pousse à désigner les disciplines qui ne pourront pas obtenir de dédoublement, donc les élèves à sacrifier.

La dotation horaire globale prévue est inférieure au minimum que le Rectorat devrait fournir en respectant le volume horaire légal. Cela ne permettra pas d’offrir : « Un baccalauréat remusclé pour valoriser le travail continu et mener vers la réussite dans l’enseignement supérieur » et « Un lycée qui offre plus d’accompagnement et plus de choix », contrairement au projet Bac 2021 du gouvernement.

Document transmis à la presse.

Courrier à l'attention des parents.

Courrier à l'inspection académique.

- Lycée La Folie Saint-James à Neuilly :

Madame La Directrice Académique des Service de l’Education Nationale des Hauts de Seine,

 Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur la situation extrêmement préoccupante à laquelle sont confrontés les élèves et les professeurs du lycée La Folie Saint James, de Neuilly.

Il a été annoncé à la communauté éducative que la Dotation Horaire Globale de cet établissement , pour l’année scolaire 2019-2020, subirait une baisse importante ( passant de 700 heures hebdomadaires en 2018-2019 à 630,38 pour 2019-2020). Or, en même temps, le nombre d’élèves prévus pour l’année scolaire prochaine est en augmentation (579 élèves ) par rapport à l’année scolaire 2018-2019 (544).

Ce projet de diminution de la DHG entraîne la suppression programmée de plusieurs postes d’enseignant pour la rentrée 2019 (en lettres modernes, anglais, EPS, histoire-géographie) et en fragilise d’autres pour les rentrées suivantes, (en lettres classiques, Sciences Economiques et Sociales, Philosophie, Espagnol).

Cette suppression d’heures provoquera une très grave dégradation des conditions de travail des élèves et de leurs professeurs. Le nombre d’élèves par classe augmentera jusqu’à atteindre des effectifs pléthoriques, les groupes de langue limités à 25 élèves, les dédoublements en mathématiques et en français deviendront impossibles, ce qui aura pour effet de remettre en cause la qualité de l’enseignement dans ce lycée et les projets conduits dans ce sens depuis plusieurs années.

Enfin cette réduction de la DGRH  ne tient pas compte du besoin réel en places de lycées de la ville de Neuilly. A chaque rentrée, un nombre important d’élèves de familles nouvellement arrivées ou non sur Neuilly et  recherchant un lycée se retrouve sans affectation sur cette ville. Or le lycée La Folie Saint James, avec ses locaux qui demeurent disponibles, est en mesure de répondre à cette demande, et c’est pourquoi l’administration sollicite la réouverture d’une sixième seconde. Nous soutenons  cette demande et réclamons pour le lycée La Folie Saint James une DHG maintenue à la hauteur des projets et des besoins de cet établissement.

Veuillez agréer, Madame La Directrice Académique des Service de l’Education Nationale des Hauts de Seine, l’expression de notre profond respect.

Versailles, le 04 février 2019,

Frédéric Seitz

Président académique

Réponse de la directrice académique du 92 au courrier du président académique du SNALC de Versailles.

- Collège André Malraux à Asnières

 Courrier de l'intersyndicale à la directrice académique.


- Remontées des collègues dans les autres établissements :

Lycée Léonard de Vinci à Levallois Perret

Surcharge de travail pour le professeur principal afin d’informer les élèves, construire un parcours cohérent pour la poursuite d'études dans le supérieur sans connaître les attendus des établissements supérieurs. La spé maths n’est pas assez différenciée ne s'adressant qu'aux "scientifiques.

 Lycée du Manoir à Vaucresson

Baisse de la DHG et questionnement sur le maintien de deux postes de collègues d’anglais à cause d'un faible effectif sur les futurs 3èmes, 4èmes  de cette année. Usage et définition des IMP opaque.

 Collège Catherine de Vivonne à Rambouillet

Le chef d'établissement refuse la mise en place d'une classe européenne en LV1.

 Collège Françoise Dolto à Marly la Ville

6 collègues vont devoir aller faire des compléments de service ailleurs, il reste 5 h en anglais. Le chef d’établissement attend d’imposer 2h à  chaque professeur  et supprimera l’heure en 4ème euro mais la maintiendra en 3ème.

 Lycée Le Corbusier à Poissy

Classes STD2A, avec l'option CCD (création et culture design) obligatoire en 2de pour accéder à  la 1eSTD. Le CCD représente 9h professeur, qui ne sont pas financées. L'établissement doit donc prendre sur ses marges (ce qui empêche de réduire les effectifs en LV, de faire plus de groupes pour les TP de sciences, etc). Option obligatoire non financée.

 Lycée Dumont d'Urville à  Maurepas

Un seul CPE pour tout le lycée et pas assez d'AED.

 Lycée Jules Verne à CERGY

Aucune heure d'AP prévue. Flou sur les dédoublements (matières, disciplines).

 Collège Jean Perrin à  Nanterre

Collège de plus de 600 élèves avec une segpa, un internat et un DRS. Un seul CPE. Effectifs passés de 130 à  600 en 8 ans et toujours la même dotation en CPE. Réponse du DASEN : pas de création de poste de CPE.

 Collège Romain Rolland au Plessis Robinson

DHG en baisse de 3h. Compléments de service en sciences et français.

 


Version imprimable (PDF)